BAMBA DIALLO DETOURNE PLUS DE 34 MILLIONS AU PREJUDICE DE SON GUIDE RELIGIEUX

Serigne Cheikh Tidiane Omar Niass lui réclame 50 millions pour compenser la saisie par une banque de son appartement aux Usa

Non seulement il a été grugé d’un montant de plus de 34 millions par le commerçant Bamba Diallo qui devait lui livrer des portes et des fenêtres, mais le guide religieux Serigne Cheikh Tidiane Omar Niass risque de perdre son appartement aux Usa hypothéqué auprès d’une banque. Devant la barre des flagrants délits de Dakar, hier, la marabout a par le biais de son avocat réclamé pour son préjudice la somme de 50 millions alors que le commerçant encourt 6 mois de prison assortis du sursis. Délibéré le 18 juin prochain.

Le commerçant Bamba Diallo et son guide religieux, Serigne Cheikh Tidiane Omar Niass, ont réglé leur différend hier devant le juge des flagrants délits de Dakar. C’est le sieur Niass qui a trainé son talibé devant la justice pour des faits d’abus de confiance portant sur la somme de plus de 34 millions Cfa. En effet, courant 2017, alors qu’il vivait aux Usa, le guide religieux s’était rendu en Chine pour acquérir un matériel de qualité constitué de portes et fenêtres pour sa maison en construction à Kaolack. C’est dans ces circonstances qu’il avait rencontré Bamba Diallo, qui lui a demandé d’annuler la commande qu’il avait déjà faite afin qu’il le mette en rapport avec un autre fournisseur. S’exécutant, Cheikh Tidiane Omar Niass a ainsi donné mandat au commerçant établi au marché Sandaga, rue Grassland x Tolbiac, de lui commander puis livrer des portes et fenêtres. A ce dessein, il lui a fait un premier versement de 28.050 dollars. Malheureusement, le guide religieux a eu un accident aux Usa, ce qui a fait qu’il a accusé un peu de retard sur les autres versements qu’il devait faire. Mais, après qu’il s’est remis sur pied, il a intégralement honoré sa part du contrat qui le liait au commerçant. Sur ce, il lui a viré la somme de plus de 34 millions via le réseau de transfert d’argent Western Union. Par ailleurs, après avoir reçu l’intégralité de ces sommes, le commerçant n’a pas effectué la livraison des portes et des fenêtres. A cela, il s’ajoute qu’après plusieurs mises en demeure qui lui ont été servies par la partie civile, il n’a pas bougé le petit doigt pour livrer, ni pour rembourser les sommes d’argent qu’il a encaissées. Et c’est las d’attendre que le guide religieux l’a traduit en justice pour abus de confiance. Toutefois, Bamba Diallo a contesté les faits, mais a reconnu les sommes qui lui ont été mandatées. Et pour se justifier de la livraison qu’il n’a pas effectuée, il a allégué comme excuse la pandémie du Covid-19. «Vu les liens que nous entretenons, il a fait le calcul de ce que je lui devais en termes d’argent. Et j’ai accepté le montant qu’il me reproche. Le Chinois auprès de qui j’ai fait la commande devait me livrer, mais à cause de la fête de leur fin d’année, il ne l’a pas fait. En plus, la pandémie du Covid a paralysé les activités en Chine. Ce qui fait que je n’ai pas rempli ma part du contrat. Tout cet argent est entre les mains du propriétaire de l’usine en Chine à qui j’ai remis entre 29 et 30 millions Cfa», a expliqué le natif de Fatick en 1981. Après que le fils de la partie civile est revenu sur les faits devant le tribunal, Me Abdoulaye Tall a réclamé pour le compte du marabout la somme de 50 millions à titre de dommages et intérêts. «En réalité le Chinois a annulé la commande parce qu’il ne lui a pas reversé les montants qu’il lui devait. Du fait de ce retard de livraison, l’appartement dont mon client disposait aux Usa a été saisi parce qu’il l’avait hypothéqué auprès d’une banque», a laissé entendre Me Tall. Le procureur qui a estimé que les faits d’abus de confiance reprochés à Bamba Diallo sont constants, a requis 6 mois assortis du sursis. Comme son client, Me Cheikh Sy a soutenu que c’est la pandémie qui a causé le retard concernant la livraison qu’il devait faire. Délibéré jeudi 18 juin 2020.

Fatou D. DIONE

Non seulement il a été grugé d’un montant de plus de 34 millions par le commerçant Bamba Diallo qui devait lui livrer des portes et des fenêtres, mais le guide religieux Serigne Cheikh Tidiane Omar Niass risque de perdre son appartement aux Usa hypothéqué auprès d’une banque. Devant la barre des flagrants délits de Dakar, hier, la marabout a par le biais de son avocat réclamé pour son préjudice la somme de 50 millions alors que le commerçant encourt 6 mois de prison assortis du sursis. Délibéré le 18 juin prochain.

Le commerçant Bamba Diallo et son guide religieux, Serigne Cheikh Tidiane Omar Niass, ont réglé leur différend hier devant le juge des flagrants délits de Dakar. C’est le sieur Niass qui a trainé son talibé devant la justice pour des faits d’abus de confiance portant sur la somme de plus de 34 millions Cfa. En effet, courant 2017, alors qu’il vivait aux Usa, le guide religieux s’était rendu en Chine pour acquérir un matériel de qualité constitué de portes et fenêtres pour sa maison en construction à Kaolack. C’est dans ces circonstances qu’il avait rencontré Bamba Diallo, qui lui a demandé d’annuler la commande qu’il avait déjà faite afin qu’il le mette en rapport avec un autre fournisseur. S’exécutant, Cheikh Tidiane Omar Niass a ainsi donné mandat au commerçant établi au marché Sandaga, rue Grassland x Tolbiac, de lui commander puis livrer des portes et fenêtres. A ce dessein, il lui a fait un premier versement de 28.050 dollars. Malheureusement, le guide religieux a eu un accident aux Usa, ce qui a fait qu’il a accusé un peu de retard sur les autres versements qu’il devait faire. Mais, après qu’il s’est remis sur pied, il a intégralement honoré sa part du contrat qui le liait au commerçant. Sur ce, il lui a viré la somme de plus de 34 millions via le réseau de transfert d’argent Western Union. Par ailleurs, après avoir reçu l’intégralité de ces sommes, le commerçant n’a pas effectué la livraison des portes et des fenêtres. A cela, il s’ajoute qu’après plusieurs mises en demeure qui lui ont été servies par la partie civile, il n’a pas bougé le petit doigt pour livrer, ni pour rembourser les sommes d’argent qu’il a encaissées. Et c’est las d’attendre que le guide religieux l’a traduit en justice pour abus de confiance. Toutefois, Bamba Diallo a contesté les faits, mais a reconnu les sommes qui lui ont été mandatées. Et pour se justifier de la livraison qu’il n’a pas effectuée, il a allégué comme excuse la pandémie du Covid-19. «Vu les liens que nous entretenons, il a fait le calcul de ce que je lui devais en termes d’argent. Et j’ai accepté le montant qu’il me reproche. Le Chinois auprès de qui j’ai fait la commande devait me livrer, mais à cause de la fête de leur fin d’année, il ne l’a pas fait. En plus, la pandémie du Covid a paralysé les activités en Chine. Ce qui fait que je n’ai pas rempli ma part du contrat. Tout cet argent est entre les mains du propriétaire de l’usine en Chine à qui j’ai remis entre 29 et 30 millions Cfa», a expliqué le natif de Fatick en 1981. Après que le fils de la partie civile est revenu sur les faits devant le tribunal, Me Abdoulaye Tall a réclamé pour le compte du marabout la somme de 50 millions à titre de dommages et intérêts. «En réalité le Chinois a annulé la commande parce qu’il ne lui a pas reversé les montants qu’il lui devait. Du fait de ce retard de livraison, l’appartement dont mon client disposait aux Usa a été saisi parce qu’il l’avait hypothéqué auprès d’une banque», a laissé entendre Me Tall. Le procureur qui a estimé que les faits d’abus de confiance reprochés à Bamba Diallo sont constants, a requis 6 mois assortis du sursis. Comme son client, Me Cheikh Sy a soutenu que c’est la pandémie qui a causé le retard concernant la livraison qu’il devait faire. Délibéré jeudi 18 juin 2020.

Fatou D. DIONE

jotaay.net

Free WordPress Themes